Accueil > Zoom sur > Prix Sorcières - Lauréats 2019

Prix Sorcières - Lauréats 2019


Le réseau de médiathèques du SIVS participe au prix Sorcières qui distingue chaque année, depuis 1986, une œuvre de la littérature jeunesse. Il est décerné par l’Association des librairies spécialisées pour la jeunesse (ASLJ) et par l’Association des bibliothécaires de France (ABF).
Retrouvez les tous dans notre réseau et réservez les ici !

Carrément Beau Mini

LAURÉAT

Une super histoire de cow-boy
Delphine Perret
Ed. Fourmis rouges

C’est l’histoire d’un livre trop mortel. Enfin, je vais remplacer le mot « mortel » par « génial » parce qu’on m’a dit que le premier risquait de faire trop peur… C’est donc une histoire trop GÉNIALE et pas mortelle DU TOUT, qui raconte les aventures d’un cow-boy impitoyable qui est en fait un singe, qui ne fume pas vraiment de cigarettes par paquet de douze et ne boit pas de whisky, mais va plutôt manger une banane et faire une séance d’aérobic… Loin d’être un livre qui vous ment, cher lecteur, il vous propose deux histoires en une (quelle veine !) : l’une avec l’effroyable gardien de vaches attaquant une banque et racontée avec des mots ; l’autre qui met en scène un gentil singe défiant les lois de la souplesse en compagnie d’une autruche et illustrée par de jolis dessins. De quoi vous en mettre l’eau à la bouche et / ou vous faire frissonner… Et parce que l’aérobic et les bananes, c’est cool, Raoul !
Embarquement dans le monde des rêves.

NOMINÉS

L’appel de la lune
Elis Wilk
Ed. Versant Sud
Lulu est sortie de son sommeil par un cri, un " LILALIUUUU " qui l’effraye et l’intrigue. Est-ce la lune qui l’appelle ? Ou tout autre chose ? Oscillant entre peur et curiosité, elle rassemble son courage et part à la recherche du bruit. L’appel de la lune est une promenade poétique, tout en sonorités et sensorialité, un rêve éveillé fait de rencontres : Lulu croise l’arbre, les oiseaux, le vent... et découvre, à l’aube, l’origine du cri : un loup blessé qu’elle délivre du piège qui l’entravait avant de l’emporter chez elle pour le soigner. On les découvre endormis et on ne sait pas vraiment s’il s’agit d’un vrai loup ou d’une peluche : reste une ambiguïté sur la part de rêve et de réalité. A travers cette quête, c’est aussi son propre courage que la fillette découvre en se confrontant au monde qui l’entoure.

Ma maison
Laetitia Bourget et Alice Gravier
Ed. Grandes personnes

« Pour venir jusqu’à ma maison, d’abord on prend le train. »
Dans ce bel album en accordéon, l’enfant prend le lecteur par la main et l’entraîne sur le chemin de sa maison. Au recto, on traverse le village, le pont, on longe la rivière… et l’on découvre la maison, nichée dans la verdure. Au verso, on pénètre dans la maison, on en visite toutes les pièces, le salon, la cuisine, la salle de bains, les chambres… et le jardin…
Une étonnante fresque, délicate et foisonnante, qui fourmille de détails.
Vous pouvez déplier ce livre au sol, le disposer en rond, et entrer dans « ma maison » pour y jouer. Au dos de la jaquette, sont reproduits des détails qu’il faudra aller retrouver dans les pages du livre. Un livre, une maison, pour jouer, observer et rêver, un univers empreint de poésie et de douceur…

Moi, j’ai peur du loup
Emilie Vast
Ed. MeMo

Deux lapins discutent dans la nuit.
« Je peux te dire un secret ? Moi, j’ai peur du Loup.
– Ah oui ! Pourquoi ?
– Parce qu’il a de grandes dents !
– Mais non, c’est le… morse qui a de grandes dents ! »

Au fil des pages, l’un des lapins égrène les qualités qui font du loup un animal effrayant, tandis que l’autre attribue ces qualités à un animal différent. Le loup devient alors un hybride très étrange, bien loin du loup réel, bien plus élégant et moins effrayant ! Alors, qui a peur du loup ?

Petites histoires de nuits
Kitty Crowther
Ed. EDL
Raconte-moi trois histoires » demande Ourson à sa maman…
Dooong Dooong, c’est l’histoire de la gardienne de la nuit qui sonne l’heure où les petits et les grands vont se coucher. « Je n’ai pas du tout sommeil », couine la petite hermine. « Couche-toi, dit la gardienne, et le sommeil t’attrapera. »
Il y a aussi la grande aventure de Zhora, la petite fille à l’épée, qui cueille la plus belle mûre de toute la forêt pour sa maman.
Et puis celle de Bo, ce petit être toujours vêtu d’un manteau, qui se balade à la recherche d’une miette de sommeil.
« Maintenant, choisis ton étoile pour t’emmener jusqu’à demain », chuchote maman en bordant Ourson.

Carrément Beau Maxi

LAURÉAT

Petit soldat
Pierre-Jacques Ober, Jules Ober et Felicity Coonan
Ed. Seuil

Il y a des albums qui nous touchent en plein coeur et qui soulèvent une émotion que nous avons du mal à contenir. Petit soldat est de cette trempe, de cette force-là. C’est l’histoire des soldats, engagés dans la Grande Guerre en pensant qu’elle ne durerait même pas jusqu’à Noël... L’un d’eux, Pierre, nous raconte son amour pour la France et pour sa famille, son souhait d’être un bon soldat et un bon fils. Il nous parle aussi du vécu des soldats qu’il croise : « l’étrange Gilbert » qui lui sauva la vie ; les soldats allemands qui ne veulent plus participer à cette tuerie et d’autres encore, gradés ou civils. Pierre parle aussi de ses regrets de ne pas vivre la vie dont il avait rêvé. Il nous fait partager la lettre adressée à sa mère et les raisons pour lesquelles il sera fusillé à l’aube... Les mots sont comptés, pesés et économes. Les images – mettant en scène de petits soldats de plomb – sont vivantes, réalistes et incroyablement émouvantes. Leur complémentarité amène un album d’une grande poésie comme un testament à partager avec les générations d’aujourd’hui.

NOMINÉS

Toi-même
Marion Duval
Ed. Albin Michel

Louison et Adèle sont jumelles. Leur prof de piscine dit qu’elles sont les mêmes, deux petits poissons rouges parfaitement synchronisés.
Mais ce jour-là, alors qu’elles attendent ensemble leurs parents devant la piscine, Louison décide de prendre le large, de rentrer à pied, pour voir un peu laquelle sera la première arrivée. Précédant de quelques minutes un orage d’été, une dispute éclate entre les deux soeurs : l’une part ; l’autre reste. « Egoïste », crie Adèle, « Froussarde » hurle Louison, déjà loin.
Mais il suffit d’une légère inquiétude, l’arrivée d’une grosse averse, le danger d’un ciel assombri, pour que se rétablisse entre les jumelles le « contact télépathique » et que reprenne, à distance, leur dialogue tendre et complice...
Car l’aventure au fond n’est pas tant de rentrer à pied, que d’être séparées...

La montagne
Carmen Chica et Manuel Marsol
Ed. Fourmis rouges

Un homme sort de son camion et s’arrête pour ce qu’on devine être « une envie pressante ». Il entre dans une forêt des plus banales, semble se perdre bêtement, et commence alors pour le lecteur un voyage merveilleux.
Cet album de Manuel Marsol comble le lecteur qui y trouvera beauté, mystère, humour et intelligence. Un livre fascinant.
Réel et imaginaire se mêlent subtilement, non sans rappeler l’univers de Miyazaki. Et l’on est éblouis de voir un personnage facétieux apparaître et disparaître dans l’image, accompagnant avec tendresse le routier déboussolé et inconscient de ce qu’il est en train de traverser. La balade de cet homme sur la montagne, parmi les arbres, devient une sorte de communion intime entre le monde des humains, celui de la nature et celui des esprits. Plus rien ne nous étonne, ni la métamorphose de l’homme, ni les changements de taille du petit monstre sympathique, ni ce paysage devenu personnage à part entière.

Nous avons rendez-vous
Marie Dorléans
Ed. Seuil

Cette nuit, maman a ouvert la porte de notre chambre : "Les enfants, chuchote-t-elle, nous avons rendez-vous.."
Une phrase – celle du titre – revient et revient encore : « nous avons rendez-vous ». Rendez-vous où ? On ne le sait pas encore, mais cela vaut le coup d’attendre, de se laisser guider – bercer, même ! – par ces illustrations apaisantes, camaïeux de clair-obscur.
Cet album est l’occasion d’une balade en famille, au clair de lune, au cœur de la montagne, dans cette atmosphère particulière, où rien n’est éveillé, où il n’y a pas un bruit à l’entour, où tout est douceur – douceur des couleurs, douceur de la lune, douceur du temps, douceur de se retrouver en famille, entre gens qui s’aiment.

Les riches heures de Jacominus Gainsborough
Rebecca Dautremer
Ed. Sarbacane

De riches heures, comment ça ? Disons toute une vie... Celle de Jacominus Gainsborough. Les feuilles mortes du parc, la pluie, la marée basse. Un roulé-boulé, un au revoir sur le quai, un bonjour dans un jardin plein de pierres. Un pique-nique, quelques courses et l’ombre fraîche sous l’amandier.
Tout ça. Une vie.

Carrément Passionnant Mini

LAURÉAT

La légende de Podkin le brave, Tome 1
Kieran Larwood
Ed. Gallimard

Des lapins courageux, cela vous semble impossible ? C’est que vous ne connaissez pas encore la légende de Podkin Le Brave, celui qui ramena la paix au sein des Cinq Royaumes de Lanica ! Un soir de solstice d’hiver, un barde s’installe au coin du feu et raconte qu’en des temps reculés, les Gorm terrifiaient les terriers, des créatures de fer assoiffées de sang, à la recherche de mystérieuses armes magiques. Lorsque les démons de fer envahissent son terrier, Podkin est contraint de s’enfuir, accompagné de sa grande soeur et de son petit frère. Ils sont désormais des fugitifs pourchassés par des êtres malfaisants et se préparent à affronter de nombreuses épreuves. L’originalité du récit réside dans la narration assurée par le barde : ses interactions avec ses auditeurs stimulent la curiosité du lecteur par les questions qu’elles suscitent sur le récit en cours. Des allers-retours dans le temps qui offrent en outre une intéressante perspective sur l’histoire et sur le suspens en cours, lui donnant des airs de conte. Podkin Le Brave est un roman enchanteur plein de rebondissements pour les jeunes lecteurs qui veulent s’initier à l’univers de la fantasy.

NOMINÉS

Claude et Morino
Adrien Albert
Ed. EDL
Comment ils se sont rencontrés ? C’est simple. En pleine nuit, comme d’habitude, Morino est allé faire pipi par la trappe spéciale de sa caravane. Mais cette fois, le pipi de tisane est tombé sur un petit squelette enterré dessous et l’a réveillé. Il s’appelle Claude, il est d’une agréable couleur verte, il est curieux de tous les détails de la vie sur terre qu’il a oubliés, et il se prend d’affection pour Morino qui finit par le trouver un peu collant. Pourtant, plus il cherche à s’en débarrasser, plus Claude lui devient indispensable.

Mentir aux étoiles
Alexandre Chardin
Ed. Casterman
Cette année c’est décidé ; Léon ne veut pas d’auxiliaire de vie à ses côtés. Il entre au collège, il a onze ans, il a besoin d’affronter les choses seul. Même s’il appréhende beaucoup, il sait qu’il est temps de s’envoler, de se libérer. S’éloigner de sa mère qui le couve tellement. Grandir, tout simplement. Comme tous les enfants de son âge. Petit, Léon a eu de graves problèmes cardiaques, ses parents ont eu très peur pour lui et puis il a toujours été différent, Léon… inquiet, distrait, rêveur. Souvent il a des absences, des passages à vide. Il déconnecte, se coupe du monde, a la tête dans les étoiles ou les yeux rivés au sol observant le travail des fourmis.
Quand je serai adulte, j’irai en expédition sur la banquise. Il n’y aura que le silence autour de moi. Personne ! La nuit, j’aurai juste à lever les bras pour toucher les étoiles. Mais je ne le ferai pas.J’écouterai. Je ne ferai qu’écouter les étoiles, et je n’aurai plus peur de rien.

La petite épopée des pions
Audren
Ed. MeMo
Sasha habite dans un beau coffre en bois de rose, en compagnie d’autres Sasha noirs et blancs. Parfois, La Main lui fait prendre l’air en le déplaçant sur un damier, puis elle le range soigneusement. Sasha, comme tous les Sasha, sait qu’il doit respecter la règle du jeu : obéir sur sa case. Il y a bien le Géant-Monde ailleurs, plus loin, mais cela voudrait dire s’aventurer et probablement mourir et, surtout, abandonner le meilleur des mondes. Un jour, pourtant, Sasha décide de tout quitter. Lui, il a envie d’imprévu et de sentir le vent de la liberté sur son bois. Décidément, il est bizarre, avec son minuscule défaut sur la tranche, disent les autres Sasha. Ce qu’ils ne savent pas encore, c’est que Sasha est un héros prêt à aller au bout de ses rêves. Justement, une drôle de chose totalement inattendue, carrément inimaginable, est en train de se produire...

Un chien comme ça
Céline Claire et Clémence Pollet
Ed. Voce verso

Tomy a trouvé un chien.
Ca tombe bien, parce que Tomy a toujours rêvé d’avoir un chien.
Celui-là n’est pas très grand, pas très joli.
Il ne rapporte pas le bâton que Tomy lui lance.
Mais ils passent ensemble des après-midis à jouer.
Pourquoi n’avoue-t-il pas à ses cousines que ce chien est à lui ?

Carrément Passionnant Maxi

LAURÉAT

Milly Vodovic
Nastasia Rugani
Ed. MeMo

Un revolver, des coquelicots, des milliers de coccinelles dans une chaleur épaisse, l’atmosphère vénéneuse du roman de Nastasia Rugani vous saisit immédiatement et vous happe presque malgré vous dans ce que vous savez être une tragédie… Milly Vodovic est une fillette de douze ans que l’on n’oublie pas. La première rencontre est décisive : « Reine suprême des emmerdeuses » aux yeux de son frère Almaz, cette gamine n’a peur de rien ni de personne… enfin, presque. Milly est forte et fragile à la fois ; le corps et l’esprit en alerte permanente, elle vit autant d’événements avec les humains qu’avec d’autres êtres : elle affronte Swan Cooper, se dispute avec son frère Almaz, croise Popeline, se confronte au Mange-cœur… Le lecteur fasciné se laisse envoûter par l’écriture somptueuse de Nastasia Rugani qui réussit à rendre le noir si lumineux, si violemment coloré que rien ne semble impossible, et l’on pourrait s’y perdre facilement si elle ne nous guidait pas sur le fil, tels des funambules entre réalité et étrangeté. Un roman fort qui laisse des traces indélébiles…

NOMINÉS

La combe aux loups
Lauren Wolk
Ed. EDL
Elle n’a pas le choix, Annabelle. Depuis la ferme où elle habite, pour se rendre à l’école avec ses deux petits frères, elle doit traverser la Combe aux Loups. Tout le monde a oublié depuis longtemps pourquoi cet endroit de la forêt s’appelle ainsi. Mais il y rôde toujours des créatures un peu sauvages : Betty, une fille experte en mauvais coups, et Toby, un marginal, un silencieux, vétéran du premier conflit mondial, que la violence des combats a laissé hébété. Aux Etats-Unis, en 1943, la guerre est une réalité lointaine. Mais, certainement, un drame se prépare non loin d’Annabelle. Et quand on va avoir douze ans, on n’est pas encore très armé face aux mystères et aux cruautés de la vie.

Le célèbre catalogue Walker & Dawn
Davide Morosinotto
Ed. EDL
P’Tit Trois, Eddie, Min et Julie ne pourraient pas être plus différents, et en même temps plus amis. Ils partagent un catalogue de vente par correspondance, trois dollars à dépenser et un grand désir de découvrir le monde. Et quand, au lieu du revolver qu’ils ont commandé arrive une vieille montre qui ne fonctionne même pas, les quatre n’hésitent pas une seconde et partent vers Chicago pour récupérer leur revolver. Au cours de leur voyage, ils rencontreront des tricheurs professionnels, des flics véreux, des méchants qui semblent gentils et des gentils qui ne le sont pas du tout... un crime non résolu et beaucoup, beaucoup d’argent…

Soixante-douze heures
Marie-Sophie Vermot
Ed. Thierry Magnier
Soixante-douze heures, c’est le temps dont dispose lrène pour revenir sur la décision qu’elle a prise un matin de septembre, pendant un devoir de maths : celle d’accoucher sous X. Dans le silence de sa chambre d’hôpital, elle chasse l’air de ses poumons, puis reprend une inspiration et le chasse à nouveau, avec plus de vigueur cette fois. Par bribes, les souvenirs affleurent, qui reconstituent son histoire. Ces derniers mois, ces dernières années. Sa rencontre avec ce garçon, fasciné par son ultrafinesse, le lycée, sa mère, les secrets de famille. Malgré ses efforts, Irène est habitée par cette voix qui la poursuit et lui rappelle que ce bébé qu’elle vient d’expulser de son corps est le sien pour la vie. Tout se mêle, c’est le chaos dans son crâne. Et l’heure approche. Mais cette décision lui appartient à elle, et à personne d’autre. Un texte rare qui dit, sans fard et sans jugement, un combat aussi intime qu’universel.

Pëppo
Severine Vidal
Ed. Bayard
Salut mon frère. Je pars à La Jonquera. Occupe-toi des petits. Je reviendrai. Elle a déconné, Frida. J’ai déjà du mal à m’en sortir quand j’ai que moi à gérer, alors je comprends pas comment elle a pu croire une seconde que je pourrais faire ça. Tout seul. Je sais même pas comment on chauffe un biberon. Mettre une couche dans le bon sens. D’ailleurs tout le monde le dit toujours, et Tonton Max en tête : Pëppo t’as pas de bon sens. Je suis coincé. Pëppo, mon gars, t’es coincé. Gravement. Et tout ce que tu vas faire, à partir d’aujourd’hui et jusqu’au retour de Frida, tu le feras deux mômes sur les bras. Ou dessous. Je sais même pas comment ça se porte des bébés.

Carrément Sorcière Fiction

LAURÉAT

Duel au soleil
Manuel Marsol
Ed. Agrume

Le désert, un soleil de plomb, deux personnages se défient, un indien, un cow-boy. Entre les deux un cours d’eau, mais la tension est palpable. Qui va tirer le premier ? Regard perçant de l’Indien, regard furieux du cow-boy puis... canard ! Avec cet album, peu de texte mais des illustrations pleines pages aux couleurs chaudes, succession de contre-plongées, de gros plans qui posent le décor et font monter la tension dramatique, et de plans panoramiques montrant l’indien et le cow-boy, interrompus dans leur duel par ce fameux canard. On est plongé en plein western. Tout y est : la chaleur, le crâne de buffle, les chevaux, les colts, le défi, sauf que ce n’est que le début d’une longue suite d’événements perturbateurs et de contretemps qui vont troubler le combat et en faire une histoire complètement décalée. Comique de situation et de répétition, le premier western non violent pour les enfants, simple mais terriblement efficace et original, on entend presque la musique !

NOMINÉS

À travers
Tom Haugomat
Ed. Thierry Magnier
Mars 1956, Mud Bay, Ketchikan, Alaska. Un enfant vient au monde. Fenêtres, lucarnes, écrans, focales : à travers ces ouvertures, une vie défile, toute une vie. Une vie qui traverse le temps et accomplit sa boucle, pour grandir, s’étonner, partir, connaître, s’émerveiller, souffrir, partir encore, aimer, élever un enfant, transmettre, se séparer, revenir. Une vie qui traverse l’espace, se lie peu à peu à l’infiniment petit et à l’infiniment grand, à l’insecte qui remue sous la loupe, à la galaxie déployée dans la lunette astronomique ; à la maison natale au bord de la baie, et au cosmos métaphysique. Une vie d’homme, à la fois simple et grandiose. Avril 2026, Mud Bay, Ketchikan, Alaska. Un verre se brise.

La forêt
Riccardo Bozzi, Violeta Lopiz et Valerio Vidali
Ed. Gallimard
Des randonneurs découvrent une forêt. En la traversant, ils apprennent à s’y adapter et développent des comportements utiles pour leur survie et leur confort. Au fur et à mesure de leur parcours, elle se transforme. Petit bois de pins au début, elle devient une forêt luxuriante habitée par de nombreux animaux, puis les arbres deviennent plus rares, la pente plus raide et la terre plus aride. Au bout du chemin, il y a un précipice, que même le plus expérimenté des randonneurs ne peut éviter. Ce qu’il y a au-delà est un mystère. Certains parlent d’un petit bois de jeunes pins.

Le tracas de Blaise
Raphaële Frier et Julien Martinière
Ed. Atelier du Poisson soluble
En se réveillant un matin, après des rêves sans doute agités, Blaise se retrouva dans son lit. Pourtant, en enfilant sa première pantoufle, il comprend qu’une chose bizarre venait de lui arriver. Malgré cette bien étrange métamorphose, dont il dissimule tant bien que mal les symptômes chaque jour plus nombreux, Blaise continue à se rendre à son bureau quotidiennement, à faire face à toutes sortes de tracas, parce qu’il le faut bien. Le parti pris réaliste de Julien Martinière, avec ses illustrations au trait précises et fouillées, accentue parfaitement cette invasion fantastique du quotidien sans trop déranger l’ordre des choses. Farce facétieuse ou critique existentielle du monde moderne ? A chacun d’interpréter comme bon lui semble cette histoire.

Une âme égarée
Joanna Concejo et Olga Tokarczuk
Ed. Format
Une âme égarée commence dans un pays de neige où les promeneurs laissent des traces. Il est écrit : « Si quelqu’un pouvait nous regarder d’en haut , il verrait que le monde est rempli de gens pressés, qui courent dans tous les sens, fatigués, en sueur mais il verrait aussi leurs âmes égarées, à la traîne... » D’autres planches suivent et nous laissent observer ces promeneurs de plus près. Puis seulement l’histoire commence. Ce procédé atypique prépare le lecteur à prendre son temps et c’est là tout le sujet de cet album OVNI, qui nous renvoie à cette société frénétique qui nous presse et nous compresse. Le personnage principal de l’histoire, Jan, est un homme qui travaille beaucoup, vit à cent à l’heure, et finit par en oublier son nom. Sur les conseils du médecin, il va alors prendre le temps de vivre pour renouer avec son âme perdue et notre lecture se met au diapason de son rythme. Ce livre laisse une impression de plénitude, le temps est suspendu, la cadence ralentie, on se laisse littéralement happer et on referme le livre grandi, émerveillé et heureux ...

Carrément Sorcière Non-Fiction

LAURÉAT

Musée des museaux amusants
Fanny Pageaud
Ed. Poisson soluble

Mais qui ose nous tirer la langue comme cela ? Le vertigineux, bien sûr ! Et qui nous agite ses petites tentacules sous le nez ? L’extravagant, c’est une évidence. Et celui qui nous exhibe ses mâchoires aux grandes dents ? Le sensible, ce ne peut être que lui. Comment ? Vous ne connaissez pas ces animaux ? Alors il vous faut absolument ouvrir le dernier livre de Fanny Pageaud. Sous forme de devinettes et de gros plans saisissants sur le museau, elle invite le lecteur à découvrir de manière insolite des animaux du monde entier. Chaque animal se raconte, livre des tas d’anecdotes pleines d’humour sur son anatomie, ses habitudes et ses particularités. C’est original, drôle et surprenant. Les illustrations, d’abord étranges, sont d’une finesse et d’un réalisme impressionnant. Le texte, ludique et pertinent, est validé par l’équipe du Muséum d’histoire naturelle, gage de qualité.
Aurez-vous assez de flair pour retrouver ces dix-huit animaux aux museaux si amusants ?

NOMINÉS

Panthera tigris
Sylvain Azial et Hélène Rajcak
Ed. Rouergue
Voici l’histoire d’un savant très très savant qui entreprend d’approfondir ses connaissances sur le redoutable Panthera Tigris. Pour cela une expédition dans la jungle s’impose. Accompagné d’un guide autochtone notre érudit va faire une expérience redoutable de la réalité qui parfois remet à plat toutes les connaissances théoriques. Le savant ne va ainsi écouter que son savoir encyclopédique oubliant d’écouter les conseils préventifs de son guide visiblement mieux renseigné. En présence de la bête féroce tout va effectivement se compliquer ... Les illustrations d’Hélène Rajcak pour une part très inspirées des gravures didactiques contribuent à ce jeu entre le savoir et la réalité jusqu’à ce que le fauve fasse lui-même voler tous les cadres conventionnels dans lesquels le savant et le récit l’avaient soigneusement rangé.

Big Bang Pop !
Claire Cantais
Ed. Poisson soluble
Après les succès de sa trilogie à poils (Raoul la terreur, Je ne m’appelle pas Bernard et Rosalie aime le rose), de ses albums en coédition avec le Musée du Louvre (Victoire s’entête) et celui d’Orsay (Votez Victorine), de ses albums féministes publiés par les Editions La Ville Brûle (On n’est pas des poupées), Claire Cantais décide de s’adresser aux plus petits, toujours équipée de sa paire de ciseaux bien affutée. Cet album pourra être lu dès le premier âge, à la manière d’un imagier, pour donner à voir des représentations de dinosaures, volcans, libellule, maisons, train, fusée..., posant des jalons pour les lectures suivantes. Un peu plus tard, il pourra être repris comme une première chronologie de l’Histoire de l’humanité. Par la mise en parallèle des deux naissances, celle de l’univers et celle du nouveau-né auquel elle s’adresse, Claire Cantais relie habilement la destinée individuelle de son lecteur, au monde, au cosmos. Magnifique message de bienvenue !

L’appartement : un siècle d’histoire russe
Alexandra Litvina et Ania Desnitskaïa
Ed. Globe
Moscou, Russie. Un vieil immeuble dans une calme ruelle. Six volées d’escalier plus haut, à gauche, une porte, et nous voilà chez les Mouromtsev. Nous sommes entrés dans ce vieil appartement moscovite un soir de décembre 1902 et y sommes restés pendant cent ans. Nous y avons fait la connaissance de plusieurs générations de Mouromtsev, de leurs amis, de leurs voisins. Nous avons été témoins de rencontres et de séparations, de joies et de peines, de pertes et d’espoirs comme chez de nombreuses familles en Russie. Dans la vie des habitants ordinaires d’un vieil appartement moscovite se reflète l’histoire de la Russie au XXe siècle. Elle nous est racontée par ses habitants, mais aussi par leurs affaires : les meubles et les vêtements, la vaisselle et les livres, les jeux et autres objets de la vie quotidienne. Car les objets gardent la trace et la mémoire de l’époque où ils ont été façonnés et utilisés. Ils sont les témoins d’une histoire dont on ne parle pas dans les manuels scolaires, mais qui est très importante pour chacun d’entre nous : celle de nos familles, de nos amis, de notre propre histoire

Monstres & Merveilles
Alexandre Galand et Delphine Jacquot
Ed. Seuil
AU XVIe siècle, les premiers cabinets de curiosités débordants de merveilles sont un moyen de réunir le monde en une seule pièce. Cet attrait pour l’étrange et le merveilleux perdure à travers les siècles. Surtout, la volonté de "collectionner le monde" semble être une caractéristique essentielle de la nature humaine. Des bézoards aux poudres de momies, des "spectacles de sciences" à la naissance des musées, de la recherche de l’infiniment petit aux portraits de l’humanité envoyés dans l’espace... Plongez avec délectation dans l’histoire de la curiosité ! Entre exotisme, légendes, art et science, perdez-vous dans les détails de quatre cabinets de curiosités imaginaires, puis découvrez le secret qui se cache derrière chacun des éléments de l’image.

Vendredi 29 mars 2019, par l’équipe des médiathèques du SIVS, Webmestre Nursit


Répondre à cet article